Nigeria : Une attaque djihadiste fait 16 morts à Maiduguri

Nigeria : Une attaque djihadiste fait 16 morts à Maiduguri

Une fois de plus, le Nigeria paie un lourd tribut face aux attaques djihadistes. Au moins 16 civils ont perdu la vie lors de cette attaque, qui exacerbe la crise que le pays traverse depuis plusieurs mois.

La ville de Maiduguri, dans l'État de Borno, a été la cible du groupe terroriste Boko Haram qui opère depuis plusieurs années dans cette partie du pays. La scène se déroule en fin d'après-midi mardi dernier, lorsque les djihadistes ont traversé les fossés protégeant Maiduguri, pour entrer dans Kaleri, à la périphérie de la ville, avant de lancer des obus. Deux d'entre eux ont frappé les quartiers densément peuplés d'Adamkole et de Gwange, tuant neuf garçons sur un terrain de football.

"Environ 60 personnes ont été blessées, dont au moins 16 sont décédées. Ceci est dû à une bombe artisanale qui a été tirée par des membres de l'insurrection. Nous avons vécu une situation similaire il y a exactement un an dans la ville de Maiduguri. La seule solution possible est de déployer une technologie permettant de détecter toute personne entrant dans la ville pour nuire à la population", a déclaré le gouverneur de l'État de Borno, Babagana Umara Zulum, après sa visite au chevet des victimes, le mercredi 25 février.

Dans une vidéo reçue par nos collègues d'Africanews, et diffusée sur les réseaux sociaux, nous constatons la violence des attaques : nous voyons des centaines de personnes paniquées, courant dans les rues de la capitale régionale. Certaines d'entre elles tentent de sauver des hommes blessés aux jambes ou à la tête. Nous voyons également un corps au milieu de la route, couvert de végétation.

Maiduguri, épicentre de multiples attaques

Ancien bastion du groupe Boko haram dans le nord-est du Nigeria, les attaques répétées ont forcé des centaines de personnes à fuir, provoquant le déplacement de nombreuses autres. En juillet 2020, les djihadistes ont également tiré des roquettes depuis l'extérieur de la ville, tuant quatre personnes et en blessant trois.

Créé en 2002 à Maiduguri par le prédicateur Mohamed Yusuf, le groupe est à l'origine une secte qui prône un islam radical et rigoureux, hostile à toute influence occidentale.

 

 

 

 

Author’s Posts